Tél.+39 349 878 9128 Contactez-nous
Recherche+
Your search results

Sites a ne pas manquer

Outre la Vallée D’Itria, ses trulli et ses villages immaculés, nombreux sont les lieux, les sites et les villes, qui méritent qu’on leur consacre une journée ou une après-midi d’approfondissement.

Ci-après les descriptions de quelques sites, parmi les plus significatifs. Pour certains, plus que pour d’autres, l’accompagnement d’un guide sera judicieux. Ils n’en apprécieront que mieux les trésors que recèlent ces lieux.

Bari, chef-lieu des Pouilles

Donne sur la mer Adriatique. Sa fondation remonte à 3000 ans environ. Connue comme l’un des fleurons de la Magna Grecia au VIIIème siècle avant JC., elle fut ensuite conquise par les Romains pour devenir par la suite lombarde, byzantine, arabe, normande et souabe, au cours du règne de Frédéric II. Bari porte les traces de toutes ces dominations, en particulier dans la vieille ville, bâtie au-dessus d’un promontoire rocheux en saillie sur la mer.

Les activités urbaines s’y sont développées jusqu’au XIXème siècle. Dans ce labyrinthe de ruelles, de venelles étroites, de places grandes et petites, qui engloutissent le visiteur comme le ferait une casbah, on respire l’air du Levant.

La vieille ville est protégée des assauts de la mer par d’anciennes fortifications, baignées par la mer jusqu’aux années 30. De là, on peut jouir d’une vue magnifique sur le vieux port. On y accède par le front de mer qui longe le tracé des anciens remparts, ou bien par le cours Vittorio Emanuele, une des plus anciennes artères de la ville qui, auparavant, s’étendait au-delà du mur d’enceinte.

C’est justement à partir de ce cours que s’est développé le premier quartier “hors les murs”, le bien nommé “borgo murattiano” auquel Joachim Murat a donné son nom. Le vice-roi de Naples, et beau-frère de Napoléon, en fut en effet l’initiateur.

Dans leur découverte piétonne de la vieille ville, les visiteurs ne manqueront pas d’arpenter la Piazza del Ferrarese, la Piazza Mercantile, la Muraglia, la basilique de Saint Nicolas, la cathédrale éponyme et l’imposant château normand-souabe, dont la bâtisse remonte à 1130 environ.

L’ancienne ville maritime et commerciale est un port d’où, entre le XIIème et le XIVème siècle, s’embarquaient les croisés à la conquête de la Terre Sainte. Son extension fut ordonnée par le vice-roi de Naples qui fit bâtir des hôtels particuliers d’une beauté admirable, précis et carrés comme les cases de ce qu’il faut bien appeler un échiquier, lui-même quadrillé de rues qui se coupent à angle droit.

Corso Vittorio Emanuele qui sépare la vieille ville du quartier muratien, vaut bien une promenade qui conduira les visiteurs sur via Sparano et corso Cavour où, parmi les hôtels particuliers les plus beaux de la ville, on peut respectivement admirer le Palazzo del Governo, le théâtre communal Niccolò Piccinni, le Palazzo Mincuzzi, l’église de Saint Ferdinand, le Palazzo Ateneo, et le théâtre Petruzzelli (dont les locaux raffinés ont été détruits au cours d’un incendie criminel en 1991) ainsi que l’immeuble de la chambre de commerce.

Trani et sa splendide cathédrale

Cette très belle bourgade des Pouilles est réputée pour sa cathédrale, un authentique bijou du romanico-pugliese qui compte parmi les églises les plus pittoresques d’Italie.

Le centre historique de Trani regorge de magnifiques églises et de palais nobiliaires qui témoignent de l’illustre passé de la ville. Le noyau le plus ancien s’organise autour du port et sur une petite péninsule qui culmine avec la cathédrale, magnifiquement orientée vers la mer.

Mais la cathédrale n’est qu’un des fleurons d’un patrimoine historique et culturel très riche. De Trani partirent les premières croisades, et l’église médiévale Ognissanti (de tous les saints) faisait office de séjour pour les Templiers. Dans le monastère di Colonna, les frères bénédictins priaient et écrivaient tandis que la juiverie, qui pendant des siècles a perduré, est attestée par quatre synagogues qui émaillent le centre historique. Puis, le castello svevo où le fils de Frédéric II, Manfred, épousa la princesse d’Epire, est un exemple significatif d’architecture militaire sur la mer.

En déambulant à travers la ville, on remarquera les hôtels particuliers des XVIIIème et XIXème siècles où les nobles hébergeaient d’autres nobles avec force carrosses et domestiques. Le Museo delle Carrozze apporte de nombreux témoignages sur cette époque. Enfin les églises, qu’elles soient paléo-chrétiennes ou baroques, un patrimoine de splendeurs artistiques qui rivalise de beauté avec la côte et le panorama d’une ville bâtie 6 m au-dessus du niveau de la mer.

Castel del Monte, le mystérieux château de Frédéric

Depuis les collines de la Murgia alta, Castel del Monte domine le territoire d’Andria. On l’atteint en empruntant la S.S. 170, qui traverse un pittoresque paysage caillouteux si caractéristique de cette partie des Pouilles.

Ce château, si fascinant et mystérieux, et dont le rôle réel n’est toujours pas établi, fut édifié par l’empereur Frédéric II de Souabe. Il s’agit d’un monument fait de lignes pures et remarquables, unique au monde dans sa conception et l’originalité de son architecture. Castel del Monte est aujourd’hui inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco.

Son plan octogonal, si géométriquement harmonieux avec ses huit tours, elles-mêmes octogonales, fait de lui une couronne tourelée, symbole de puissance incontesté et de culture raffinée. Sa structure imposante, l’art constructif consommé et la finesse artistique des détails architecturaux sont les éléments essentiels de sa magnificence.

Le château, appartient à cette période où, en Italie, fleurissait l’art gothique et en particulier l’art gothico-cistercien qui, dans le château, se mêle aux cultures romane et arabo-normande, civilisations qui eurent leurs heures de gloire dans le mezzogiorno et en particulier les Pouilles, carrefour pour les croisades.

Nous vous recommandons de faire appel aux services d’un guide spécialisé.

Ruvo et le musée Jatta

Ruvo di Puglia mérite le détour pour les passionnés et les spécialistes d’histoire et d’architecture. La ville constitue une intéressante destination alternative à Trani. Pour y parvenir, on parcourra un chemin, qui serpente dans la Murgia, s’attarde sur ce paysage caillouteux et fascinant qui caractérise une grande partie de notre région.

Ruvo, en outre, abrite une des plus fameuses et des plus remarquables cathédrales romaniques des Pouilles. Elle se caractérise par un clocher insolite et des toits très pentus, qui circonscrivent harmonieusement façade et rosace.

La visite au musée Jatta, enfin, est une expérience des plus saisissantes. L’édifice lui-même est un musée aménagé dans un bâtiment du XIXème siècle dont la structure a été conservée dans son état originel. Le musée renferme une importante collection privée réunie au XIXème siècle et nationalisée en 1991.

Au sein de la collection, exposée conformément au projet original, prédominent les céramiques tant de production locale (VIIème à IIIème siècles avant JC.) que d’importation grecque (Attique et Corinthe). On notera tout particulièrement quelques amphores apuliennes et différents cratères, des proto-italiotes aux anthropomorphes.

Nous vous recommandons de faire appel aux services d’un guide.

Les grottes de Castellana

Remarquable exemple du phénomène karstique (qui caractérise les sols à dominante calcaire où les cours d’eau passent de la surface au sous-sol et coulent à l’intérieur de profondes cavernes) : les grottes de Castellana, dues à l’action érosive d’un fleuve souterrain, et désormais inscrites au patrimoine de l’Unesco.

Leur beauté incomparable est magnifiée par la multitude de stalactites et de stalagmites qui composent ces incroyables décors de contes de fées.

Deux itinéraires s’offrent aux visiteurs : un court, d’1 km environ, et un long, d’environ 3 km. Ils alternent toutes les 30 minutes, et partent tous deux de la caverne que l’on rejoint par un grand escalier et se déroulent à travers des grottes aux noms évocateurs tels que les cyclopes, l’ange, la chouette, la cascade d’albâtre, le petit paradis, le couloir du désert, la tour de Pise et la grotte blanche.

Lecce, une Florence baroque

Le Salente est un concentré d’histoires apuliennes et de traditions héritées de la Grèce antique et de Byzance.

C’est une terre stupéfiante : dans le village le plus reculé, s’élève une église baroque, un château ou un palais baronal.

C’est une terre improbable entre deux mers, Adriatique et mer ionienne, qui baignent les côtes sableuses ou rocheuses, comme dans nos rêves. Ici, tout est possible. Partout l’on est charmé par la cordialité des habitants. Ici, l’hospitalité est encore une valeur sacrée. Souvent, il arrive que l’on soit interpellé avec un grand sourire. Il n’est pas rare qu’on vous invite à goûter des spécialités culinaires ou à entrer dans une chapelle sans porte, dévolue à la responsabilité et au respect religieux de tous.

Lecce est une ville que l’on rallie toujours avec une grande émotion, comme si l’on était attendu dans les appartements d’une riche et séduisante gente dame incapable d’oublier son passé classique. L’amphithéâtre romain tranche, en effet, avec l’atmosphère renaissance et baroque de la place Sant’Oronzo. Ici, du Palazzo del Sedile, à la petite église adjacente de San Marco, jusqu’à la statue de Sant’Oronzo qui surmonte une des colonnes de la via Appia, on devine les fastes de la Lecce angevine et espagnole. Mais lorsqu’on s’arrête devant la Basilique de Santa Croce ou sur la Piazza del Duomo, l’on a la nette sensation d’appartenir au décor d’un théâtre.

Se montre tour à tour recueillie, feutrée, élégante et suggestive, particulièrement au coucher du soleil, quand la lumière artificielle met en évidence les trésors artistiques et architecturaux qui ont valu à Lecce, son surnom de Florence du Baroque.

Ses monuments sont si nombreux qu’il serait difficile de tous les énumérer ici : hôtels particuliers, églises, couvents et places, etc., autant de petits écrins qui s’offrent au visiteur dans le centre historique. Multiples expressions d’époques différentes qui ont en commun d’être bâtis avec la même tendre et blanche pierre locale laquelle, au contact avec l’air ambiant prend une belle couleur dorée. C’est précisément l’emploi de ce calcaire malléable qui favorise l’originalité et la richesse caractéristiques du baroque salentin, profondément différent de ses homologues tant romain que napolitain.

Lecce n’est pas que baroque. La présence, au coeur de la ville, du théâtre et de l’amphithéâtre romains font remonter sa dimension historique et artistique à une époque beaucoup plus ancienne, en passant par celle où s’effectuaient les échanges commerciaux avec la puissante République de Venise dont l’autorité, affirmée depuis lors, ne s’est jamais démentie.

Nous vous recommandons de faire appel aux services d’un guide.

Otrante et la mosaïque de la vie

Otrante est située à l’extrémité orientale du pays. Ville grecque et romaine, elle fut au Moyen-Age un des plus importants centres de l’Empire byzantin en Italie, ainsi que le chef-lieu et la base militaire du territoire environnant. A son apogée, elle mit fin au fameux siège turc, en 1480, lequel donna lieu au massacre de 800 Hydruntins, les célèbres martyrs d’Otrante.

Les jeux de lumière des pierres ensoleillées, les parfums de la mer, qui alternent avec ceux des spécialités culinaires qui tentent le chaland dans les vitrines des venelles, rachètent les péchés du monde.

L’artisanat du cuir, de l’argile, de la pierre taillée, attire chaque année des myriades de touristes. L’attrait de nombreuses boutiques artisanales et de délicieux petits restaurants, serrés dans quelques ruelles immaculées, ne retire rien au charme d’un joyau d’architecture orientale : la petite église de San Pietro d’Otrante qui ouvre son portail aux touristes abasourdis devant la palette multicolore des fresques murales.

Après quelques pas, cette atmosphère recueillie cède la place à la splendeur du château, sur la mer, construit à la fin du XVème siècle par les Aragonais. Le véritable trésor de la ville reste tout de même la cathédrale romane. Elle renferme la merveilleuse mosaïque de l’arbre de vie, en tesselles polychromes, qui concentre tout le savoir moyenâgeux, la chapelle des martyrs et la crypte à cinq nefs.

Le promontoire du Gargano

Le Gargano est un promontoire karstique et irrégulier qui s’étend sur sur deux mille kilomètres carrés environ, du niveau de la mer jusqu’aux 1.055 mètres de hauteur du Monte Calvo.

“L’éperon italien”, cet imposant massif qui s’avance dans l’Adriatique sur soixante-dix kilomètres, possède des caractéristiques environnementales qui en font presque une île entre la mer et la plate étendue du Tavoliere des Pouilles. Le Gargano abrite la réserve naturelle la plus densément peuplée d’Europe : le Parc National du Gargano. Dans la partie côtière du promontoire s’étirent des villes telles que Rodi Garganico, Peschici, Vieste, Pugnochiuso ou Mattinata, connues pour leurs plages dorées et leurs blanches falaises qui tombent à pic dans la mer.

Dans ce cadre géographique grandiose, se dressent les vestiges d’un ancien et glorieux passé artistique, notamment certains exemples splendides de l’art roman, superbement représentés par les cathédrales de Troia et de Lucera.

Toujours dans le Gargano, en province de Foggia, San Giovanni Rotondo est aujourd’hui un des principaux centres du tourisme religieux en Italie. Ce classement est imputable à Padre Pio (canonisé le 16 juin 2002 grâce au très grand nombres de guérisons miraculeuses qu’on lui attribue), le frère des stigmates, premier franciscain à recevoir ce signe tangible de sa rencontre avec Dieu, après Saint-François d’Assise lui-même.

Mais, dans le Gargano, les traditions religieuses ont des racines immémoriales, et sans nul doute pré-chétiennes. Une très ancienne croyance veut que dans une grotte proche de Monte Sant’Angelo se soit manifesté l’Archange Michel. L’apparition de l’ange-soldat qui guida les armées célestes dans leur lutte contre les rebelles de Lucifer fut probablement une métaphore héritée de la grande guerre gothico-byzantine. Le sanctuaire de Monte Sant’Angelo eut une grande importance au Moyen-Age. Il consistait en une étape obligatoire pour les pèlerins qui se rendaient en Terre Sainte.

Au nord du Gargano se découpe le magique archipel des Iles Tremiti, élevé depuis peu au rang de réserve naturelle marine.

Matera et ses “Sassi”

L’extraordinaire patrimoine historique, architectural, urbanistique et naturel concentré dans les Rioni Sassi de Matera et sur le haut-plateau en balcon, ses stupéfiantes perspectives baroques, ses savants contrastes entre habitat rupestre et architecture élaborées, entre canyons et clochers, sont aujourd’hui classés au patrimoine de l’Unesco.

L’extraordinaire complexe des sassi dits «Caveosi» ou «Baresani» festonne la paroi occidentale de la gravina de Matera. Innombrables sont les ruelles tortueuses, les escaliers profonds ou raides, les passages étroits qui s’accrochent aux maisons superposées les unes sur les autres ou recueillies autour d’une cour commune au centre de laquelle trône un puits.

Cette configuration urbaine, où la variété des formes architecturales ne peut qu’émouvoir, rappelle des habitats rupestres grecs et turcs (comme en Cappadoce). C’est certainement pour cela que la ville sert de décor à de nombreux films historiques. A preuve, le choix déterminant de Mel Gibson, qui a entièrement tourné le controversé «Passion» à Matera et dans les environs.

Les églises sont des plus remarquables : en hypogée, à l’exception de l’église San Pietro Caveoso, elles sont creusées dans le tuf et réalisées de telle façon qu’elles simulent un bâti maçonné, mais avec des coupoles, des colonnades, des absides et des décorations taillées à même la roche.

Nous vous recommandons de faire appel aux services d’un guide.